TRENET (C.)

TRENET (C.)

TRENET CHARLES (1913- )

Décorateur de cinéma, Charles Trenet monte, en 1933, un duo avec Johnny Hess. En veste claire et pantalon rouge, du jazz et de l’entrain: déjà «Charles et Johnny», s’inspirant de la mode «collégiens» venue d’outre-Atlantique, apportaient une bouffée d’air frais dans la chanson française. Ils se séparent en 1936. L’année suivante, Maurice Chevalier présente au public du Casino de Paris le jeune auteur-compositeur de Y’a d’la joie , chanson qu’il a accepté d’interpréter. Enfin, au début de 1938, sur la scène de l’ABC, le public parisien découvre avec une certaine stupeur, puis avec ravissement, celui que les critiques baptisent (par analogie avec le singing fool de l’écran, Al Jolson), le «fou chantant». Feutre sur l’oreille, œillet à la boutonnière, il «swingue», il saute sur le piano, il aligne des couplets aux mots incongrus, il respire la jeunesse. C’est le coup de foudre: le public jeune attendait Trenet, car Trenet exprime les aspirations et la sensibilité de toute une génération, celle pour qui la vie commence avec les conquêtes du Front populaire.

On pourrait ajouter: celle pour qui la chanson commence avec la révolution swing, avec les textes d’auteur, en somme avec Trenet. L’apport de ce dernier, en effet, est considérable: il introduit à haute dose le rythme; sans oblitérer le charme prenant de la ligne mélodique, cette spécialité bien française, il marie syncope et java, et le mariage est heureux. Surtout, à son nouveau, langue nouvelle: il parvient à faire accepter au music-hall une poésie qui a fréquenté les surréalistes; le coq-à-l’âne et l’onomatopée ont remplacé le calembour comique troupier; l’humour au détour d’une allitération ou d’une césure naît autant de la mise en rapport d’un son et d’un mot que de l’idée exprimée. Peuplé de gendarmes rêveurs et d’aimables fantômes, d’arlequins et d’abbés farfelus, le monde de Trenet est celui de la joie de vivre, du retour à une nature agréable aux vacanciers. Ses chansons sont des «catalogues-répertoires de nos félicités essentielles» (M. Perez).

Mais cet univers paraît parfois singulièrement dénué de pesanteur: significatif est le refus du «je» autobiographique. Le personnage d’une chanson, simple élément du tableau, n’est qu’esquissé, le regard de Trenet est celui de l’enfant qui découvre un monde enchanté, de l’homme «fait» qui s’attarde avec mélancolie sur le passé dans l’espoir de ressusciter le bonheur premier de ses «jeunes années». Dans cet univers, il n’y a pas de place pour l’activité humaine, encore moins pour une volonté de transformation. Le regard que pose Trenet sur le monde est chargé d’acceptation juvénile, condamné à la nostalgie des «jours heureux».

Sa carrière est jalonnée par de grands succès internationaux (La Mer , 1945; Mes Jeunes Années , 1947; L’Âme des poètes , 1951) et par plusieurs centaines de chansons qui — de Je chante (1937), chanson d’entrée de son premier tour de chant à Marseille, à Il y avait des arbres , créée à l’Olympia en 1971 — forment un ensemble unique tant par l’égal bonheur d’écriture qui les caractérise que par leur diversité. Grâce à la «route enchantée» ouverte par le «swing troubadour», la chanson française a pris une direction nouvelle. Il n’est pas d’auteur-compositeur-interprète qui ne lui ait emprunté, il n’est pas non plus de créateur qui n’aspire à l’égaler.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Trénet — On rencontre le nom dans le Pas de Calais, mais aussi dans la région lyonnaise, d où est originaire la famille de Charles Trénet. Les plus anciennes mentions connues situent le patronyme en Savoie et en Franche Comté. Il semble s agir d un… …   Noms de famille

  • Trenet — (Charles) (né en 1913) chanteur français; auteur et compositeur de chansons poétiques: Y a d la joie, Douce France, la Mer …   Encyclopédie Universelle

  • Trenet — Charles Trenet Charles Trenet Inscription sur le mur d une maison de Narbonne, proche de la cathédrale Saint Just. L hommage de sa ville natale consiste ici à retranscrire une chanson que Charles Trenet a interprétée en 1951, L Âme des poètes. D… …   Wikipédia en Français

  • Trenet — Charles Trenet (* 18. Mai 1913 in Narbonne, Département Aude; † 19. Februar 2001 in Créteil) war ein französischer Sänger, Komponist, Dichter und Maler. Inhaltsverzeichnis 1 Leben und Werk 2 Rezeption 3 Darsteller in Fi …   Deutsch Wikipedia

  • Trenet de la Marina — El Trenet de la Marina es un ferrocarril de vía estrecha que conecta la ciudad de Alicante con Denia, en el norte de su provincia a lo largo de un recorrido de casi cien kilómetros que discurre de manera paralela a la costa. Conecta importantes… …   Wikipedia Español

  • Trenet de Valencia — El Trenet de Valencia fue una red de ferrocarriles de vía estrecha que conectaba la ciudad de Valencia con la mayor parte de las localidades de su área metropolitana e incluso algunas más alejadas. En su momento álgido llegó a estar compuesta por …   Wikipedia Español

  • Trenet, Charles — ▪ 2002 Louis Charles Augustin Claude Trenet        French singer and songwriter (b. May 18, 1913, Narbonne, France d. Feb. 19, 2001, Créteil, France), was for more than 60 years one of the most celebrated practitioners of the French chanson, a… …   Universalium

  • Trenet, Charles — (1913 2001)    author, composer, singer    Born in Narbonne, Charles Trenet is considered a true son of the Catalan region who brought poetry to French song, with his nearly 500 works filled with inspiration, humor, and melodic creativity all of… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Charles Trenet — en 1977. Surnom Le Fou chantant Nom Charles Trenet …   Wikipédia en Français

  • Charles Trenet — Background information Birth name Louis Charles Auguste Claude Trenet Born 18 May 1913( …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.